notre métier est notre inspiration !


Rares sont les professions qui inspirent autant de passion que le métier de Sage-femme !

Notre Art existe depuis la nuit des temps.

La formation pour accéder à la profession évolue beaucoup depuis 50 ans.

Aujourd'hui, 5 ans est nécessaire en passant par une 1°année de médecine pour être Sage-femme


La gynécologie



 

Depuis la loi HSPT du 21 juillet 2009, les sages-femmes peuvent assurer des consultations en matière de gynécologie préventive et de contraception auprès des femmes en bonne santé tout au long de leur vie.

La sage-femme peut pratiquer en toute autonomie l’ensemble des actes cliniques et techniques nécessaires au suivi et la surveillance des situations non pathologiques et au dépistage de situation pathologique.

Ainsi, la sage-femme peut réaliser un frottis cervico-vaginal de dépistage et prescrire tous les examens complémentaires utiles au bon suivi de la patiente.

La sage-femme peut proposer à sa patiente différentes méthodes contraceptives et peut prescrire l’ensemble des moyens contraceptifs, à savoir :
– les contraceptifs locaux et hormonaux,
– les contraceptifs intra utérins, les diaphragmes et les capes,
– les contraceptifs d’urgence.

Elle peut effectuer :
– la pose, la surveillance et le retrait du diaphragme ou de la cape,
l’insertion, la surveillance et le retrait de contraceptifs intra-utérins,
la pose et le retrait de l’implant.

La sage-femme peut prescrire, délivrer et administrer des contraceptifs auprès de patientes mineures en dehors de tout recueil obligatoire, au préalable, du consentement des titulaires de l’autorité parentale.

La sage-femme peut pratiquer des échographies gynécologiques de surveillance et de dépistage.

 

En cas de pathologie, la sage-femme sera tenue d’adresser la patiente à un médecin.


La grossesse



Dotées d’un pouvoir de diagnostic et d’un droit de prescription, les sages-femmes forment une profession médicale à compétences définies. Ainsi, le champ d’intervention des sages-femmes auprès des femmes et des nouveau-nés en bonne santé est établi par le code de la santé publique
La sage-femme assure la surveillance et le suivi médical de la grossesse et propose des séances de préparation à la naissance et à la parentalité. Elle assure, en toute autonomie, la surveillance du travail et de l’accouchement.

La sage-femme dispense les soins à la mère et à l’enfant après l’accouchement. Elle pratique la rééducation périnéo sphinctérienne liée à l’accouchement.

Au-delà de la période traditionnelle de la grossesse, la sage-femme accompagne également les femmes tout au long de leur vie en assurant leur suivi gynécologique de prévention et en prescrivant leur contraception.

Elle prescrit et pratique les vaccinations auprès de la femme et du nouveau-né dans les conditions définies par décret.

La sage-femme pratique les actes d’échographie obstétricale et gynécologique systématiques ou de dépistage.

La sage-femme peut concourir aux activités d’assistance médicale à la procréation selon les conditions définies par décret.
Spécialiste de la physiologie, la sage-femme adresse ses patientes à un médecin lorsqu’elle décèle une pathologie. Elle peut pratiquer les soins prescrits par un médecin en cas de grossesse ou de suites de couche pathologiques.

 

Sous réserve d’obtention de diplômes complémentaires, la sage-femme peut pratiquer :


– Des actes d’ostéopathie,
– Des actes d’acupuncture,
– Des examens échographiques.


La prévention



 Dans l’exercice de l’ensemble de son activité professionnelle, la sage-femme, tient un rôle primordial de proximité dans la prévention et l’information auprès des femmes. A ce titre, elle contribue au repérage des situations de violences faites aux femmes (par exemple : par l’orientation de la patiente vers des structures de prise en charge spécialisées ou encore par la rédaction sur demande de la patiente de certificat médical descriptif.

Conscient de l’importance de la place des sages-femmes dans le parcours de santé des femmes et soucieux de permettre à ces professionnels de santé d’assurer pleinement leur mission de santé publique, l’Ordre des sages-femmes mène des actions en faveur de l’élargissement des compétences des sages-femmes et veille au maintien et à la reconnaissance de ces dernières.

Après s’être emblématiquement engagé en 2009 pour l’élargissement des compétences des sages-femmes en matière de suivi gynécologique de prévention et de contraception, l’Ordre poursuit aujourd’hui sa mission.
Le projet de loi de santé 2015 en constitue la démonstration s’agissant par exemple des propositions relatives à la pratique par les sages-femmes de l’interruption volontaire de grossesse par voie médicamenteuse.

 

La sage-femme dispose de la faculté de prescrire et de pratiquer la vaccination dans les conditions définies par la réglementation en vigueur, dans le respect du calendrier vaccinal et des recommandations professionnelles en la matière.


Quelques liens à suivre pour plus de renseignements